Des activités de transfert de connaissances marquantes

Nous tenons régulièrement des activités de transfert de connaissances depuis 2007

Production médiatique au service de la recherche

Utilisation novatrice des productions multimédias et oeuvres de fiction en contexte de recherche

Un outillage de recherche exceptionnel

Notre laboratoire de transfert de connaissances et recherche à Montréal

Actualités

ACTUALITÉS

Nouvelle publication dans le Journal of Responsible Innovation

À lire – Olivier Demers-Payette, Pascale Lehoux et Geneviève Daudelin signent l’article « Responsible research and innovation: a productive model for the future of medical innovation » publié par la revue Journal of Responsible Innovation.
Lisez l’article en format PDF ici

Nouvelle publication dans Health Services Management Research

À lire – Pascale Lehoux et al. signent l’article « Medical innovation and the sustainability of health systems: A historical perspective on technological change in health » publié par la revue Health Services Management Research.

Nouvelle publication dans BMC Health Services Research

À lire – Pascale Lehoux et al. signent l’article « Assessment of a multimedia-based prospective method to support public deliberations on health technology design: participants survey findings and qualitative insights » publié par la revue BMC Health Services Research.
Consultez l’article sous format PDF ici

Analyse publiée dans la revue Le point en santé et services sociaux

À lire – Pascale Lehoux et Geneviève Daudelin signent l’analyse « Le développement des innovations – une place à occuper par les acteurs de la santé » publiée dans le dernier numéro de la revue Le point en santé et services sociaux.
Consultez l’article sous format PDF ici

Pascale Lehoux, pour une innovation responsable en matière de santé

En savoir plus

Chercheuse à l’IRSPUM et professeure au Département d’administration de la santé de l’École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM), Pascale Lehoux obtient une subvention de 2,9millions de dollars du premier concours pilote 2014 du volet Fondation des IRSC.

Mme Lehoux estime que la direction que prend l’innovation technologique en santé dépend largement du capital de risque et des règles spéculatives des marchés financiers. Ceux qui développent des innovations doivent viser des grands marchés, comme le marché américain, et démontrer que leur entreprise soutient une croissance rapide. Nous aboutissons avec des technologies très coûteuses que les systèmes de soins peinent souvent à intégrer et qui répondent mal aux besoins de santé les plus pressants. L’objectif de son programme de recherche est d’élucider de nouvelles manières de concevoir, de financer et de manufacturer des innovations. Ces nouvelles manières de faire émergent à différents endroits dans le monde et ont en commun la volonté de sortir des ornières trop étroites établies par la recherche stricte du rendement économique.

Pour les sept prochaines années, ce financement va permettre à Pascale Lehoux, titulaire de la Chaire de l’Université de Montréal sur l’innovation responsable en santé et fondatrice d’Hinnovic, un blogue indépendant qui se consacre à l’analyse des innovations en santé, de travailler sur des questions qui la tiennent à cœur depuis longtemps et qui sont vraiment importantes, autant du point de vue de la santé publique que du point de vue des politiques de soutien à l’innovation. Pour ce faire, elle a réuni une équipe de calibre international qui permettra de faire des bonds de géant sur ce qu’est l’innovation responsable en santé et sur les manières de favoriser son développement et sa pérennisation dans les systèmes de soins.

Son équipe de recherche va examiner au Québec, en Ontario, en France et au Brésil comment des stratégies de financement qui poursuivent simultanément un rendement économique et social (impact investing) permettent à des entreprises reposant sur l’entrepreneuriat social de développer et de mettre en marché des biens et services socialement responsables dans des secteurs tels que la santé des adolescents, les maladies chroniques et le vieillissement. Le besoin d’innovations qui favorisent l’implication et l’autonomie des patients est grand et ce sont des terreaux fertiles pour repenser les liens entre économie et santé publique.

Source : IRSPUM, communiqué originalement publié le 28 juillet 2015

ÉVÉNEMENTS

Pour les plus récentes informations à propos de nos événements, rendez-vous à la section Activités de notre site Hinnovic.

TWEETS D’HINNOVIC.ORG


TWEETS DE PASCALE LEHOUX


À propos

In fieri?  “In fieri” désigne ce qui est en devenir, ce qui en train de s’accomplir. Cette expression latine nous a conquis parce qu’elle incarne l’objet de nos recherches: l’innovation. L’innovation responsable en santé représente à nos yeux un phénomène déjà amorcé, qui ne demande qu’à se réaliser pleinement.

Sous la direction de Pascale Lehoux, In fieri a pour objectif de produire et diffuser de nouvelles connaissances sur la conception, le financement et la commercialisation de l’innovation responsable en santé (IRS). Ce programme de recherche de 7 ans a obtenu un financement par l’intermédiaire du tout nouveau et fort concurrentiel volet Fondation des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Il offre des occasions uniques aux étudiants des cycles supérieurs et aux stagiaires postdoctoraux de s’engager dans la recherche transdisciplinaire visant à surmonter les défis des systèmes de santé.

Pourquoi?

Alors que de nombreuses innovations pourraient potentiellement répondre aux déterminants sociaux de la santé et se révéler plus avantageuses au niveau du système, des modèles d’affaires établis et des dynamiques financières limitent leur émergence.

Par exemple, quel modèle d’affaires devrait adopter une entreprise qui développe des cyberthérapies pour des patients atteints de troubles de santé mentale ? Qui est le principal « client »? Qui payera les frais de la thérapie? Et comment cette entreprise peut-elle s’avérer économiquement viable et offrir des services à ceux qui sont dans le besoin?

Quoi?

L’innovation responsable est un champ de recherche qui reconnait que les entrepreneurs peuvent concevoir volontairement des solutions technologiques de plus grande valeur sociale. Dans le domaine de la santé, l’innovation responsable souligne l’importance de la conception axée sur l’utilisateur et des innovations qui sont éthiquement et socialement sensibles au contexte d’adoption. Ce faisant, l’innovation responsable fait ressortir les finalités de l’innovation au niveau systémique (accessibilité, pertinence, durabilité, équité, etc.).

Comment?

Notre recherche empirique se concentrera sur la santé des adolescents, les soins aux malades chroniques et le vieillissement, qui sont des domaines où des nouveaux produits et services reposant sur la technologie peuvent favoriser l’autogestion de la santé, augmenter l’autonomie des patients et aider à relever les défis auxquels les systèmes de soins font face. On effectuera des études de cas comparatives et longitudinales d’entreprises situées au Brésil, en France, au Québec et en Ontario.


Notre initiative internationale catalyse la recherche à l’interface de la recherche sur les services et politiques de santé, la médecine, l’ingénierie, le design, l’éthique, la sociologie, l’économie et les politiques publiques. Elle s’articule autour de trois volets de recherche.

Nos vidéos

  • Qu'y a-t-il à retenir du développement des technologies médicales depuis les années 1950?

Notre réseau IRS

Les sites web de notre réseau

  • Notre site de TC grand public

    hinnovic_logo

  • Chaire de Pascale Lehoux 2005-2010

    crc_logo

  • Le précurseur de ce programme

    bilan2015_logo

  • Notre plateforme de délibération en ligne

    DMUF_square

Programme

La recherche sur l’innovation responsable est en plein essor, mais il n’y a pas suffisamment de connaissances quant aux particularités de l’innovation responsable en santé (IRS) et aux stratégies organisationnelles et financières qui permettraient d’introduire les innovations responsables sur le marché.

L’ensemble des connaissances actuelles suggère que : 1) des modèles d’affaires différents; 2) des formes organisationnelles hybrides telles que les entreprises sociales; et 3) le financement social pourraient soutenir l’émergence, la commercialisation et l’institutionnalisation de l’IRS.

lacune_actu_irsLa figure 1. Lacunes dans les connaissances actuelles

Axes de recherche

La conception de l’IRS

  • Clarifier ce qu’est l’IRS et ce qu’elle n’est pas, compte tenu des besoins et des défis du système;
  • Dégager les processus et les produits de l’IRS en compagnie de leaders cliniques, de designers, d’ingénieurs et de développeurs de technologies;
  • Analyser comment les patients, les aidanst, les cliniciens et les gestionnaires de soins de santé peuvent participer à la co-conception de l’IRS;

L’émergence et la contribution de l’IRS

  • Examiner la façon dont de nouveaux modèles d’affaires, l’entrepreneuriat social et le financement social soutiennent la conception et la commercialisation de technologies responsables en santé;
  • Analyser comment les cliniciens, les gestionnaires de soins de santé, les patients, les aidants et les décideurs perçoivent la contribution de l’IRS aux systèmes de santé;

L’institutionnalisation de l’IRS

  • Examiner comment la conception, le financement et la commercialisation de l’IRS interagissent avec les mécanismes politiques qui structurent le parcours de l’innovation, y compris l’approbation réglementaire, l’évaluation des technologies de la santé, le remboursement et l’approvisionnement.

Le dénominateur commun entre ces volets de recherche est l’accent mis sur la création de technologies qui contribuent au bien commun que les systèmes de soins incarnent.

Équipe

Chef d’équipe

Pascale Lehoux est reconnue pour sa capacité à s’engager dans la recherche d’avant-garde. Sa carrière a été façonnée par le design industriel, ce qui favorise une vision créative et une évaluation pragmatique de la façon dont les technologies comblent les besoins des utilisateurs en contexte réel.

Son travail est motivé par le désir d’améliorer notre compréhension et notre capacité collective de régir les changements technologiques en matière de santé. Par le biais de son laboratoire multimédia de transfert de connaissances, elle a excellé dans la recherche qualitative en alliant rigueur et esprit d’innovation.

Elle a créé Hinnovic — un blogue dont la mission est de transformer la manière de penser l’innovation en santé — et a innové en développant des méthodes de participation publique à l’aide du multimédia.

Ce programme de recherche de 7 ans s’appuie sur les travaux de sa Chaire de recherche du Canada (2005-2015), qui ont clarifié du point de vue des politiques en santé l’impact des modèles d’affaires, des investissements et de la politique économique sur les processus de conception de la technologie au sein d’entreprises dérivées.

 

Experts du programme

Notre équipe de recherche inclut des universitaires du Canada, des États-Unis, de France, du Royaume-Uni et du Brésil et catalyse la recherche à l’interface de la recherche sur les services et politiques de santé, la médecine, l’ingénierie, le design, l’éthique, la sociologie, l’économie et les politiques publiques.

Catherine Beaudry

Catherine Beaudry

Catherine Beaudry (Polytechnique) est économiste et ingénieure et est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en création, développement et commercialisation de l’innovation. Ses recherches portent sur l’économie de l’innovation, l’impact des politiques d’innovation sur les performances scientifiques et techniques, et sur le rendement et la survie des entreprises. Elle apporte son expertise dans le domaine des partenariats et de l’innovation ouverte dans les industries de haute technologie.

Antoine Boivin

Antoine Boivin

Atoine Boivin (Univ. de Montréal) est médecin de famille et clinicien-chercheur des IRSC. Ses recherches portent sur la participation des patients aux soins primaires, la gestion des maladies chroniques, ainsi que le vieillissement et les soins de fin de vie. Ses recherches axées sur la politique visent à faire progresser la conception des interventions entourant la participation des patients, évaluer son impact et soutenir la mise en œuvre de partenariats durables en milieu clinique. Il est coprésident de la stratégie de recherche axée sur le patient de l’unité SOUTIEN-SRAP du Québec.

Jean-Louis Denis

Jean-Louis Denis

Jean-Louis Denis (ENAP) est anthropologue et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance et la transformation des organisations et systèmes de santé. Il possède plus de 20 ans d’expérience dans la recherche sur les services de santé et les politiques. Ses recherches se penchent sur les réformes en santé, le leadership médical et le rôle des preuves scientifiques dans la mise en oeuvre de l’innovation managériale et clinique. Il est membre de la Société royale du Canada et de l’Académie canadienne des sciences de la santé.

Philippe Gauthier

Philippe Gauthier

Philippe Gauthier (Univ. de Montréal) est un designer industriel et sociologue qui a cofondé le groupe Design Ω Société. Ses recherches portent sur les exigences normatives et réglementaires des stratégies de conception participative et celles axées sur l’utilisateur dans le développement de produits, de services et de politiques. Il s’intéresse aussi au rôle de l’avis d’expert dans les démocraties modernes. Il a récemment examiné la participation de citoyens à la refonte des institutions publiques à Montréal.

Nicola Hagemeister

Nicola Hagemeister

Nicola Hagemeister (ÉTS) est une ingénieure biomédicale affiliée au Département de chirurgie de l’Université de Montréal. Les recherches qu’elle mène au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal visent à déterminer comment une nouvelle technologie (KneeKG ™) peut améliorer la planification chirurgicale et la gestion des soins des patients souffrant d’arthrose du genou. Cette recherche utilise un cadre d’évaluation précoce des technologies afin de contribuer aux politiques de la santé.

Réjean Hébert

Réjean Hébert

Réjean Hébert (Univ. de Montréal) est un gériatre et épidémiologiste qui possède une longue carrière dans la recherche sur les services de santé pour les personnes âgées fragiles. Il a été le directeur de PRISMA, qui a conçu et validé un nouveau mode de prestation de services intégrés pour personnes âgées fragiles. PRISMA s’est implanté avec succès au Québec et dans d’autres pays et a gagné un Prix de l’application des connaissances des IRSC. Hébert a été doyen de la faculté de médecine de l’Université Sherbrooke, le premier directeur scientifique de l’Institut du vieillissement des IRSC et récemment ministre de la Santé du Québec. Il est membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé et a participé à l’initiative française « Silver Economy », qui rassemble des concepteurs de technologies, des cliniciens et des entrepreneurs.

William Lazonick

William Lazonick

William Lazonick (Université du Massachusetts Lowell) est un économiste qui dirige le Center for Industrial Competitiveness. Il est cofondateur du Academic-Industry Research Network et a été chercheur distingué à l’INSEAD en France. Ses recherches s’orientent sur les conditions sociales de l’innovation et du développement économique dans les économies avancées et émergentes. Il a reçu le Schumpeter Book Prize et le H. Larson Award de la Harvard Business School pour avoir rédigé le meilleur article publié dans le Business History Review. Sa recherche « Financial Institutions for Innovation » est financée par la Fondation Ford tandis que « Impatient Capital in High-Tech Industries » l’est par l’Institute for New Economic Thinking.

Marguerite Mendell

Marguerite Mendell

Marguerite Mendell (Univ. Concordia) est une économiste qui a cofondé l’Institut Karl Polanyi d’économie politique. Ses recherches touchent l’investissement d’impact, l’entreprise sociale, le développement économique communautaire et la démocratie économique. Elle a été membre du groupe consultatif de l’équipe spéciale mondiale sur l’investissement d’impact, devenu un réseau canadien post-sommet réunissant des praticiens, des chercheurs et des décideurs politiques. Elle est membre du conseil d’administration du Chantier de l’économie sociale, membre fondatrice de CAP Finance — un réseau servant à développer la finance solidaire et le capital de développement —, membre du groupe consultatif scientifique sur l’économie et l’innovation sociales du Centre LEED de l’OCDE à Trente (Italie) et du LEED-OCDE-Paris. Elle a reçu le prix Marie-Andrée Bertrand du gouvernement du Québec et a été nommée officière de l’Ordre national du Québec.

Fiona Miller

Fiona Miller

Fiona MIller (Univ. de Toronto) est une historienne qui est membre du Centre pour la bioéthique et directrice de la division des politiques de santé et d’éthique de la Toronto Health Economics and Technology Assessment collaboration (THETA). Ses recherches sont axées sur les politiques en matière de technologie de la santé, y compris la dynamique du développement technologique, l’évaluation et l’adoption au sein des systèmes de recherche en santé et de soins de santé. Elle offre une expertise en matière de politique de santé, d’entrepreneuriat scientifique et de théorie institutionnelle.

Xavier Pavie

Xavier Pavie

Xavier Pavie (ESSEC Business School) est philosophe et chercheur en gestion. Il a occupé pendant 15 ans le poste de directeur du marketing dans de grandes organisations. Il est actuellement directeur de l’Institute for Strategic Innovation & Services et préside le séminaire de la semaine de l’Imagination pour les 600 étudiants à la maîtrise de l’ESSEC. Il dirige les efforts de définition de l’innovation responsable d’un réseau international d’institutions universitaires appuyé par la Commission européenne. Il est président de la commission « Innovation-règlement-gouvernance » de l’Agence Nationale de la Recherche de France dans le cadre d’Horizon 2020.

Hudson P. Silva

Hudson P. Silva

Hudson P. Silva est un économiste qui a été professeur adjoint de politiques publiques et de gestion à l’Université d’État de Campinas. Ses activités de recherche concernent l’analyse des politiques publiques, plus particulièrement la protection sociale, la santé publique et la gestion des technologies de la santé. Il possède une expérience pratique ayant été conseiller technique pour le ministère brésilien de la Santé et le gouvernement de l’État de Sao Paulo.

Andrew Webster

Andrew Webster

Andrew Webster (York Univ., Royaume-Uni) est un sociologue, directeur de la Science and Technology Studies Unit et membre de l’Academy of Social Science. Ses recherches portent sur les modèles de financement pour la médecine régénératrice et l’innovation responsable à l’égard des banques de matériel biologique. Il est membre de comités de politiques nationales, dont le UK Stem Cell Bank Steering et le Regenerative Medicine Expert Group.

L’équipe de Montréal

L’équipe de recherche de Montréal cumule une expertise en sociologie (Daudelin), en médiatisation et transfert de connaissances multimédias (Vachon) et en communication scientifique (Bouchez). L’équipe possède une excellente maîtrise de la recherche qualitative complexe et a développé un ensemble unique de compétences en médiatisation et transfert de connaissances, qui comprennent l’organisation d’ateliers, de cafés scientifiques et d’événements multimédias.

Jérémy Bouchez

Jérémy Bouchez

Jérémy est spécialisé en écologie, en sciences de l’environnement ainsi qu’en vulgarisation et en communication scientifique. Il possède un baccalauréat ès sciences et est candidat à la maîtrise en sciences de l’environnement de l’UQAM. En plus de ses 6 ans d’expérience dans le domaine de l’environnement il a également été coordonnateur bénévole du Cercle scientifique de la Fondation David Suzuki pendant quatre ans. Il s’intéresse beaucoup à l’écosanté, approche qui consiste à intégrer les domaines de la santé et de l’environnement dans une politique de recherche favorisant l’interdisciplinarité.

Blogueur pour l’Agence Science-Presse depuis 4 ans et grand utilisateur des réseaux sociaux, il croit au fort potentiel de ces derniers afin de communiquer la science à un large public.

Geneviève Daudelin

Geneviève Daudelin

Geneviève est bachelière en travail social de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et docteure en sociologie de l’Université de Montréal. Interpelée par la condition des femmes, elle a travaillé bénévolement et professionnellement dans divers organismes intervenant auprès des femmes avant de poursuivre une carrière en recherche. La procréation assistée, les technologies de la santé, les savoirs des usagers des services de santé et la participation publique figurent parmi ses sujets de prédilection en recherche.

Pour elle, notre réseau IRS est un lieu de diffusion d’idées innovatrices ou méconnues, de critique éclairée et de mise en valeur de connaissances et d’initiatives ayant un potentiel de changement dans la vie des gens et des systèmes de santé.

Dominique Grimard

Dominique Grimard

Dominique détient un baccalauréat en études du développement international, politique internationale et études hispaniques de l’Université McGill, ainsi qu’une maîtrise en santé communautaire de l’Université de Montréal. Elle a effectué différents stages et projets de recherche en santé internationale, pour ensuite joindre une équipe de recherche à la Direction de santé publique de Montréal dont le mandat était d’assurer le suivi et l’évaluation des transformations des services de santé de première ligne dans la région. Intéressée par la transformation des systèmes de soins de santé et l’innovation, elle a joint l’équipe In Fieri à titre d’agente de recherche en 2016.

Federico Roncarolo

Federico Roncarolo

(Biographie à venir)

Patrick Vachon

Patrick Vachon

Fondamentalement intéressé par la façon dont les objets fonctionnent et par l’invention, Patrick a passé la première partie de sa carrière dans le domaine du génie mécanique. Il a ensuite décidé d’intégrer une autre passion dans le tableau. Il a travaillé comme programmeur, analyste et enseignant en informatique appliqué au génie mécanique à différents endroits en Amérique du Nord.

Mais une passion mise de côté durant son parcours refit surface et, après une décennie, Patrick entreprit un changement de carrière vers la communication. Après quelques années en postproduction télévisuelle, il se joint à Pascale Lehoux et son équipe en 2007. Pour lui, ce travail offre la possibilité d’allier deux intérêts soutenus, soient les sciences et la communication. Mais c’est aussi la possibilité de contribuer à une réflexion sur un sujet jugé crucial dans notre société : la prise en charge de notre santé.

Formation

Ce programme de recherche offre de précieuses occasions de participer à des recherches transdisciplinaires visant à résoudre les défis auxquels font face les systèmes de santé. Notre philosophie de formation tend à favoriser autant que possible l’autonomie intellectuelle des étudiants et stagiaires, les aidant ainsi à élaborer leur propre projet de recherche au sein de nos volets de recherche.

Nous recrutons actuellement de brillants, audacieux et déterminés étudiants diplômés et stagiaires postdoctoraux du Canada, des États-Unis, d’Europe et des économies émergentes ayant une expertise en santé publique, médecine, ingénierie, design, éthique, sociologie, économie et politiques publiques.

La formation universitaire aux cycles supérieurs est offerte par le biais des programmes de maîtrise et de doctorat à Montréal, Toronto, Paris, York, Boston et Sao Paulo.

Nous excellons dans la création d’espaces conviviaux, animés et créatifs permettant aux stagiaires et mentors de partager outils et ressources et de se réunir dans le cadre d’événements clés d’« apprentissage » (répétition de la défense de thèse, critique de document de travail, déjeuners en compagnie d’invités internationaux, etc.). Les activités de formation sont organisées par notre laboratoire de transfert de connaissances, qui offre un ensemble d’outils en ligne et de lieux permettant les rencontres. Les compétences pouvant être perfectionnées incluent la rédaction de subvention, la rédaction scientifique, la synthèse de connaissances, la communication orale et les nouveaux médias (p. ex., « pecha-kucha », scénarisation vidéo, blogues).

Étudiants et stagiaires actuels

Mathieu Beaulieu

Pharmacien et entrepreneur qui travaille sur les entreprises innovantes en santé (PhD).

Paola Diadori

Neurologue pédiatrique détenant une formation en bioéthique et travaillant sur les outils d’aide à la décision pour le conseil génétique prénatal (MSc).

Jaime Jiménez Pernett

Jaime Jiménez Pernett

Jaime Jiménez Pernett prépare actuellement sa thèse doctorale à l’École de Santé Publique de l’Université de Montréal (ESPUM) autour des processus de délibération publique dans les systèmes de santé. Titulaire d’un master en économie appliquée de l’Université de Toulouse (France), il travaille depuis 2006 comme agent de recherche et enseignement à l’École Andalouse de Santé Publique (EASP) en Espagne. Parmi ses principaux champs d’intérêt figurent les enjeux des technologies de l’information et la communication pour les systèmes de santé ainsi que le rôle des réseaux dans le transfert de connaissances en santé publique.

Andrée-Anne Lefebvre

Andrée-Anne Lefebvre

(bio à venir)

Sébastien Proulx

Sébastien Proulx

Sébastien est titulaire d’un Ph. D. en aménagement (design) de l’Université de Montréal. Il est présentement chercheur postdoctoral à l’École de santé publique et chercheur associé au groupe Design et société de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les enjeux éthiques du design et de l’intervention auprès des populations vulnérables. Designer de formation, il demeure actif sur le plan professionnel, notamment comme consultant en innovation social et politique.

Robson Rocha De Oliveira

(Photo et bio à venir)

Alumni

Les étudiants et stagiaires postdoctoraux dirigés par Pascale Lehoux :

AnnéeNomIntérêt
2015Imane Cheriet

Perception de la prévention fondée sur la génétique dans l’étude “Dessine-moi un futur!” (MSc)

2015Olivier Demers-Payette

Implication des utilisateurs dans le développement de l’innovation médicale (PhD)

2014Loes Knaapen

Participation des patients dans l’approbation des médicaments (postdoc)

2013Shahira Bhimani

Évaluation précoce des technologies de la santé (MSc)

2012Antoine Boivin

Participation des patients et du public dans l’établissement des priorités cliniques (PhD)

2012Geneviève Boyer-Legault

Utilisation des services par les utilisateurs de drogues (MSc)

2012Stéphanie Lafleur

Appropriation et usages du blogue Hinnovic (MSc)

2011Hudson P. Silva

Politiques d’innovation en santé au Brésil et au Canada (postdoc)

2011Khalil Moqadem

Autonomie des patients sous dialyse péritonéale (PhD)

2011Luigi Lepanto

Évaluation des innovations en téléradiologie (MSc)

2010Dahlia Kairy

Évaluation des changements cliniques et organisationnels de la téléréadaptation (PhD)

2009Quan Nha Hong

Transfert de connaissances en santé de travail (MSc)

2009Alexandre Beaudoin

Évaluation des technologies d’identification légale (MSc)

2008Olivier Demers-Payette

Transfert de connaissances en contexte de café scientifique (MSc)

2008Alexandra Kossowski

Implication des citoyens en évaluation des technologies de la santé (MSc)

2008Julie Fattal

Organisations de patients et de consommateurs en évaluation des technologies de la santé (MSc)

2007Warren Winkelman

Technologies de l’information pour les malades chroniques (postdoc)

2006Pierre Dagenais

Lignes directrices de pratique clinique pour l’ostéoporose (MSc)

2006Janet Martin

Évaluation des technologies de la santé en milieu hospitalier (MSc)

2005Brigitte Côté

Transfert de connaissances sur l’efficacité de la pompe à insuline (MSc)

2004Robert Geneau

Organisation de la pratique clinique en médecine familiale (PhD).

2004Renald Lemieux

Évaluation de la téléradiologie par numérisation (MSc)

2004Serge Péloquin

Diffusion de la tomographie par émission de positrons (TEP) au Québec (MSc)

2003Myriam Hivon

Transfert de connaissances dans les organisations de santé (postdoc)

2003André Chevrier

Implantation d’une unité d’évaluation des technologies de la santé (MSc)

2002Olivier Sossa

Évaluation des technologies de la santé en milieu hospitalier (MSc)

2001Jennie Gagné

Participation des aînés à la recherche (MSc)

Retombées

Ce programme de recherche 7 ans permettra de clarifier les mécanismes grâce auxquels un paradigme de création technologique différent peut contribuer à la viabilité des soins de santé, répondre aux besoins d’une population croissante de personnes âgées, soutenir les patients qui souffrent de maladies chroniques et réduire les disparités en matière de santé au moyen d’innovations abordables et conviviales.

La recherche dans ce domaine est justifiée si l’on considère l’intensité des capitaux que requière actuellement la R&D et le fait que « Choisir avec soin » les services de santé judicieux devient sans cesse plus difficile.

Les constats de nos recherches se révéleront d’une importance stratégique pour les décideurs de la santé et de l’innovation, les entrepreneurs et les investisseurs. Nos travaux pourront bénéficier aux patients et aux fournisseurs de soins de santé en faisant la preuve qu’il y a d’autres façons de concevoir, financer et commercialiser les technologies.

Publications

Cet article expose les raisons pour lesquelles les investisseurs choisissent d’investir dans certaines entreprises de haute technologie plutôt que dans d’autres, et traite de leur influence sur le processus d’innovation.

Lehoux, P., Miller, F.A., Daudelin, G., Urbach, D.R. (2015). How venture capitalists decide which new medical technologies come to exist. Science & Public Policy. doi: 10.1093/scipol/scv051

Cet article précise pourquoi les concepteurs de technologie sont pressés d’accorder la priorité à des caractéristiques de conception qui accélèrent la vente, souvent au détriment de caractéristiques de conception qui permettraient d’accroître la valeur clinique de leur technologie.

Lehoux et al. (2014). How do business models and health technology design influence each other? Insights from a longitudinal case study of three academic spin-offs. Research Policy. 43(6):1025-1038.

Ce livre explique comment la technologie en santé est intégrée dans des pratiques sociales et politiques plus larges qui peuvent être remodelées grâce à des initiatives politiques appropriées. Il a été présélectionné avec trois autres ouvrages pour le prix du meilleur livre 2007 de la British Sociology Association and Sociology of Health & Illness.

Lehoux (2006). The problem of health technology. Policy implications for modern health care systems. New York: Routledge.

Contact et collaborateurs
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail to someone

Contact

Addresse :
Hinnovic (ESPUM)
7101 avenue du Parc, Suite 3165
Montreal, Québec, Canada H3N 1X9
courriel : info@hinnovic.org

ESPUMNotre équipe et notre laboratoire de transfert des connaissances sont situés à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

Pascale Lehoux est membre de :

Collaborateurs

La Fondation McConnell (Montréal) et MaRS (Toronto) jouent un rôle essentiel dans l’innovation et l’entrepreneuriat social au Canada. Nous avons obtenu la collaboration de l’association canadienne de l’industrie des technologies médicales (MEDEC); de décideurs de haut niveau ; d’organismes de financement de la recherche provinciaux (FRQ-S, la Fondation Michael Smith); et de l’Alliance canadienne des organismes provinciaux de recherche en santé (NAPHRO).